Consommer mieux Couches lavables Découvertes

Zoom sur les culottes en laine Puppi

puppi couverture

On utilise des couches lavables depuis bientôt un an, et on est toujours aussi heureux d’avoir sauté le pas ! Nous avons d’abord fait le choix de nous tourner vers des modèles « classiques » (tout-en-un, tout-en-deux) avant de découvrir d’autres modèles, comme les préplates. Depuis quelques semaines, on essaye la culotte de protection en laine de chez Puppi, à retrouver sur la boutique de Madame GS ! 🙂

À propos de Puppi et de la boutique de Madame GS

Puppi est une marque polonaise de couches lavables, créée par un couple pour leurs enfants, en 2013. Leur volonté : ne pas utiliser de matière synthétique. Ils se sont donc tournés vers des tissus 100% naturels : la laine, le bamboo, le lin, le chanvre…

Quant à la boutique de Madame GS, c’est une boutique également créée par une maman, avec une très belle sélection de marques de couches lavables et de moyens de portage physiologiques. Parmi leurs produits, on retrouve plusieurs points communs : qualité, design et poylvalence !

Zoom sur la culotte de protection Puppi

La culotte de protection Puppi est donc cousue à la main en Pologne, à partir de matériaux 100% naturel : la laine mérinos. Elle est fabriquée dans le respect dans moutons à qui on la prélève. Aux premiers abords, j’ai toujours eu une idée assez arrêtée : « la laine, c’est galère à entretenir ». Mais comme j’aime bien déconstruire les / mes idées reçues en essayant par moi-même, j’ai eu l’occasion de nuancer mon avis 😉

Premier point : les vertus de la laine. Je ne les connaissais absolument pas avant de me pencher sur le sujet. La laine est thermorégulatrice : elle tient donc chaud en hiver et est respirante en été, un peu comme le lin. Elle est anti-bactérienne, et après un bain de lanoline, elle a le super-pouvoir de dissoudre l’urine en eau et en sel. Résultat : il n’y a aucun résidu d’odeur une fois la culotte sèche, puisque l’ammoniaque est « neutralisé ». S’équiper en culottes en laine, c’est donc économique : le combo anti-bactérien + anti-odeur permet de laver sa culotte toutes les 2 semaines environ, en l’absence de traces de selles. Enfin, j’ai été agréablement surprise par la douceur de la laine, sur la culotte Puppi. Au toucher, c’est hyper agréable!

La culotte en elle-même est par ailleurs taille unique : elle est donc évolutive. Des pressions à la taille permettent de régler la largeur, et d’autres permettent de régler la hauteur. C’est donc une culotte qui suivra vos bébés, d’environ 6 à 15kg.

Mon avis sur la culotte de protection Puppi

Avant la première utilisation, deux petits prérequis :

1/ Faire tremper la culotte en laine (ou la passer en machine sur un programme laine) puis rincer à l’eau claire, essorer en la pression entre deux serviettes éponges, puis laisser sécher à l’air libre.

2/ Mettre la culotte dans un « bain » de lanoline. Ca va permettre de l’imperméabiliser et de neutraliser l’odeur de l’ammoniaque.

Concernant le bain de lanoline, j’ai simplement suivi le tuto dispo sur la boutique de Madame GS. En résumé : après avoir lavé la culotte Puppi, j’ai préparé un mélange de 1/4 de cuillère à café de lanoline dans un verre d’eau avec quelques gouttes de lessive. Puis j’ai versé le mélange dans 2L d’eau chaude, remué, et déposé dedans ma culotte Puppi. J’ai attendu que l’eau refroidisse, puis j’ai sorti la culotte et je l’ai laissé sécher à l’air libre.

Pour information, cette manipulation est à réitérer tous les 2 mois environ.

Nos différents essais :

Nous avons principalement essayé notre culotte Puppi avec une préplate de chez Noble Diapers. Toute douce elle aussi, ni la préplate ni la culotte de protection ne marquent la peau de Noam. Lors du premier essai, nous avons eu une fuite. J’ai donc lavé plusieurs fois la préplate, pour augmenter sa capacité d’absorption. Quant à la culotte Puppi, je l’ai laissée sécher à l’air libre et, effectivement, je n’ai constaté aucun résidu d’odeur (ouf, bain de lanoline bien réalisé donc !).

Lors des essais suivants, il n’y eu aucune fuite. J’ai vraiment apprécié le confort que cette culotte offre, en plus de toutes les vertus de la laine citées plus hauts. Nous avons pu l’utiliser durant tout un weekend, en l’aérant à l’air libre entre deux changes, sans être gênés par des odeurs.

Par contre, n’étant pas très friande des lavages à la main, par manque de temps principalement avec ma reprise du boulot, j’ai préféré opter par des lavages à la machine, grâce à un cycle spécial laine. Quoiqu’il en soit, machine ou non, il est essentiel de laisser la culotte sécher à l’air libre. Ca tombe bien, c’est de toute façon ce qu’on fait pour la quasi totalité de notre linge 😀

En conclusion…

Je suis vraiment ravie d’avoir eu l’occasion d’essayer cette culotte en laine et d’envoyer valser mes à priori. J’ai pu constater en situation réelle que les vertus de la laine sont nombreuses, et que l’entretien n’est pas « si » compliqué. L’étape de la lanolisation (qui m’effrayait un peu, j’avoue, mais qui s’est bien passée!) rajoute cependant quelques manipulations que nous n’avons pas lorsqu’on utilise des couches lavables classiques. Cependant, quand on combine le combo 100% naturel + anti-bactérien + lavages plus espacés, je me dis que ça s’équilibre. Personnellement, je pense que si on commence à s’équiper en culottes de protection Puppi, autant s’équiper « en totalité » pour avoir une routine bien rodée. Je pense que c’est plus simple de lanoliser plusieurs culottes d’un coup, plutôt que de jongler entre différents modèles. Enfin, mention spéciale, au-delà de la qualité des matières utilisées, pour le confort qu’offre cette culotte. La douceur persiste, même après plusieurs utilisations. Sur le long terme, il faudra que je guette les éventuelles bouloches, que j’ai vues mentionnées ici et là 🙂